Skip Ribbon Commands
Skip to main content

Menaces sur le logement social et l'emploi local

Publication du 20/09/2017

Le Mouvement Hlm, tout en rappelant sa volonté de participer à l’effort budgétaire de la Nation, a fait part de son opposition à la baisse des APL des locataires du parc social compensée par une baisse des loyers telle qu’annoncée par le Premier ministre.

Le Mouvement Hlm régional tient à alerter des impacts qu'auront ces mesures sur la production et la réhabilitation des logements et sur les conséquences sur l'emploi local.

En réalité, c’est un impact sur la capacité des organismes de plus de 200 millions d’euros par an que les bailleurs sociaux de la région des Hauts-de-France devront supporter. Il s’agit de l’équivalent de ce qu’ils mobilisent, sur une année, en fonds propres pour financer 10 000 logements neufs : cela remet en cause l’intégralité de la production régionale annuelle, alors même que le Gouvernement annonce, dès 2017, la baisse drastique des aides à la pierre et que près de 175 000 ménages sont en attente d’un logement social dans notre région.

L’Etat masque l’impact désastreux que cette mesure budgétaire aura nécessairement sur le secteur du bâtiment en cassant la relance en cours de l’immobilier en Hauts-de-France : en région, près de 1,4 milliard d’euros d’investissement des bailleurs sociaux pourraient être remis en cause, soit l’équivalent de 30 000 emplois directs et indirects. Notre territoire régional est déjà fortement pénalisé par la crise : il ne peut accepter de faire encore les frais d’une politique du logement guidée exclusivement par la focale budgétaire.

L’Etat veut nous faire croire que le logement social coûte. Bien au contraire, le logement social crée de la valeur (0,6% du PIB) notamment au travers d’une gestion vertueuse de l’épargne des Français (Livret A). La valeur produite est aussi sociétale : les bailleurs sociaux craignent de ne pas pouvoir continuer à assumer leurs nombreuses missions sociales, d’intérêt général, qui font d’eux de véritables acteurs de la cohésion sociale dans les quartiers, au moment où les enjeux de citoyenneté n’ont jamais été aussi forts.

L’Etat veut nous faire croire que le logement social coûte. Bien au contraire, le logement social crée de la valeur (0,6% du PIB) notamment au travers d’une gestion vertueuse de l’épargne des Français (Livret A). La valeur produite est aussi sociétale : les bailleurs sociaux craignent de ne pas pouvoir continuer à assumer leurs nombreuses missions sociales, d’intérêt général, qui font d’eux de véritables acteurs de la cohésion sociale dans les quartiers, au moment où les enjeux de citoyenneté n’ont jamais été aussi forts.

Cette logique budgétaire impacte également fortement les politiques locales de l’habitat et plus gravement l’équilibre des finances locales : les collectivités territoriales n’encourent-elles pas, plus que jamais, le risque de voir leurs garanties d’emprunts mobilisées en cas de défaillance des organismes, alors fortement fragilisés ?

Afficher la neutralité, pour les locataires, des mesures annoncées, c’est enfin ne pas leur avouer l’impact mécanique que le déséquilibre financier des organismes aura sur l’entretien et la rénovation de leur logement et de leur cadre de vie, et donc sur la qualité du service rendu.

Les locataires sont au final les vrais perdants : non seulement, ils attendront plus longtemps un logement neuf mais ils devront se priver d’économies de charges liées au retard des rénovations thermiques. Sur cette question de l’économie de charges, le mouvement HLM avait pourtant des propositions à formuler !!!

C’est l’argent des locataires que l’Etat ponctionne au service d’une politique qui n’est pas celle du logement. Non seulement nous sommes inquiets pour la situation de l’emploi en Région, mais nous sommes particulièrement soucieux de la situation des nombreux ménages en grande précarité que nous avons le devoir de loger. Le gouvernement doit accepter d’engager une réelle concertation nationale dans un esprit de dialogue et de négociation.

Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur le site internet de l'Union sociale pour l'habitat

Signature

Retour à la liste des actualités